Médias asociaux?

Au cours des événements internationaux des derniers jours, on a parfois prêté aux Twitter, Facebook, YouTube et autres, toutes sortes d’influences positives qui vont de l’appui à la transition démocratique là où c’est nécessaire (Ces médias sociaux qui font trembler les dictateurs) jusqu’à l’aide individuelle pour retrouver des proches lors d’une catastrophe naturelle (YouTube helps Japanese student find family) en passant par les souscriptions sur Twitter pour soulager les victimes (How Lady Gaga Raised $250,000 for Japan Thanks to Twitter).

Le problème c’est l’humain!

La plupart du temps, les journalistes qui vont à contre-courant de ce portrait positif s’intéressent surtout aux problématiques juridiques liées aux différentes plateformes technologiques : application des politiques de confidentialités, droit à l’oubli, préservation de la propriété intellectuelle des contenus échangés. Or la technologie ne représente qu’un seul des trois piliers des médias sociaux.

Bien plus centrales à leur existence, se trouvent la notion de communauté d’usagers en interaction et la question du contenu (opinions, images, vidéos) produit et diffusé par ces mêmes humains. La nature humaine étant ce qu’elle est, derrière cette notion de communauté d’usagers se cache en fait des réalités multiples : Que différencient des amateurs des Bisounours qui échangent sur Facebook, d’un groupe d’étudiants libyens qui partagent en direct leur révolution sur Twitter ou de 70 000 pédophiles reliés dans un vaste réseau de diffusion de matériel illégal ?

Intimidation, racismes et autres fléaux sociaux

Personnellement, le terme  « social » me renvoie à une image positive et constructive : peut-être naïvement, j’y vois des individus vivre en commun malgré (ou grâce) à leurs différences. La question se pose : comment transposer cette vision dans le monde virtuel et s’assurer que nos médias sociaux, demeurent justement « sociaux » ?

La cyberintimidation, en particulier sur des réseaux comme Facebook, à pris de telles proportions que le Président Obama a décidé d’en faire une des priorités du Département de l’Éducation américain. Les auteurs de vols de cartes bancaires, fraudes et autres activités criminelles semblent avoir trouvé dans les réseaux sociaux un terrain particulièrement fertile. L’intolérance en général, en particulier l’homophobie et la xénophobie y sont monnaie courante.

À cet égard, la semaine dernière, dans les heures qui ont suivi le tsunami japonais, une série de commentaires racistes sur diverses plateformes étaient relevés par certains observateurs (Olivier Blanchard y consacre un très bon article). Événement isolé? Pas si sûr : C’est l’un des sujets à la mode sur Twitter cette journée-là (#PearlHarbor) qui avait attiré son attention.

Faire sa part…

Pour qu’une structure sociale fonctionne, il faut que chacun y fasse sa part. Plutôt que d’attendre que de grandes corporations telles que Google ou Facebook jouent au gendarme, j’estime que c’est à chacun de nous de prendre le taureau par les cornes et de veiller au développement positif et constructif des médias sociaux.

Chaque semaine on m’encourage à « bloquer et rapporter » un usager Twitter qui dépasse les bornes. Les propos haineux, injurieux ou diffamatoires sont légions. À l’image du « #FF » (ou Follow Friday, coutume Twitter qui consiste le vendredi à proposer à son lectorat des comptes Twitter que l’on trouve particulièrement intéressants) j’ai bien envie de créer un #BARS (« Block And Report Saturday » !). Quelques minutes le samedi matin, café en main, pour faire un peu de ménage !

À ma connaissance tous les médias sociaux ont une procédure de signalement des comportements douteux ou illégaux sur leur plateforme. Il s’agit généralement d’une procédure à la fois très simple et très courte. Nous n’avons aucune raison de ne pas nous en servir…

Je suis persuadé que Facebook, Twitter, YouTube et autres ne peuvent être que le reflet des communautés qui les animent et les font vivre. En définitive, ces communautés sont composées de vous et moi, et c’est donc à nous d’agir pour les médias sociaux demeurent ce que nous voulons qu’ils soient.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Facebook, Humains, Twitter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s