Archives de Catégorie: Uncategorized

Médias sociaux et santé : Bilan du premier « meetup » à Montréal

Il y a quelque temps, Colleen Young (@colleen_young) fondatrice de la communauté #HCSMCA me contactait pour organiser une première rencontre de professionnels intéressés par l’utilisation des médias sociaux dans le domaine de la santé (voir mon billet précédent). Trouvant l’idée plutôt bonne et heureux de pouvoir enfin rencontrer quelques collègues avec lesquels j’entretiens une relation virtuelle, j’ai accepté d’initier un premier « meetup ».

Objectif initial (et modeste) : 10 participants autour d’une table, échangeant sur les notions « d’engagement » et « d’empowerment » du patient, sur la pratique des médias sociaux en prévention ou sur le rôle des professionnels et des institutions dans la promotion des pratiques de e-santé au Québec. Quelques jours plus tard, nous étions 47 inscrits et au final ce sont un peu plus de 30 courageux qui ont bravé la pluie le 3 novembre dernier pour venir participer à ce premier meetup ! Succès indéniable. 

Bilan de la soirée : des rencontres avec des confrères passionnés, des échanges constructifs et éclairants et de nombreux sujets potentiels pour ce blog. 2 heures judicieusement investies!

Et maintenant ?

Il ressort des échanges récents que nous souhaitons collectivement que les bonnes pratiques, qui restent à développer pour la plupart, puissent circuler et permettent de promouvoir au Québec l’usage des médias sociaux en santé.  Il apparait donc important de structurer et de canaliser les interactions de notre communauté afin de faire en sorte que chacun y trouve son compte. À cet égard, j’ai créé un petit sondage très simple (et sans aucune prétention scientifique…) afin de guider un peu le développement de la communauté au cours des prochains mois. Que vous ayez assisté au Meetup du 3 nov dernier, ou pas, je vous invite prendre quelques instants (10 questions seulement) pour y répondre. Vous avez jusqu’au 1er décembre 2011.

HCSMCA, en français dans le texte !

Cela dit, « Communauté virtuelle d’intérêt pour l’usage des médias sociaux dans un contexte de santé à Montréal en lien avec le mot clic #HCSMCA » c’est un peu long et pas particulièrement séduisant 😉

Un petit exercice de branding s’impose ! La première idée qui m’est venue en tête est YULSanté (en continuité avec le  YULBiz de ce monde). Pas très original j’en conviens… mais cela sert à ouvrir le débat. J’attends vos suggestions avec impatience!

En terminant, je tiens à remercier chaleureusement l’équipe d’InfoPresse, en particulier Élisabeth Starenkyj et sa collègue Isabelle : lorsque le nombre d’inscriptions a largement dépassé la capacité d’accueil du lieu que j’avais choisi initialement, InfoPresse à gentiment et gratuitement accepté d’accueillir le meetup dans leurs locaux du CAMPUS. Sans eux, ce premier rassemblement courrait à l’échec. Merci infiniment!

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

L’utilisation des médias sociaux en santé vous intéresse ?

ATTENTION : Compte tenu du succès de ce premier « meetup » nous sommes contraints de changer de lieu de rendez-vous! Voir les détails ci-dessous.

L’utilisation des médias sociaux dans un contexte de santé comporte des avantages potentiels indéniables mais pose aussi des enjeux bien particuliers qui touchent notamment à l’environnement légal, à la crédibilité des contenus et aux implications éthiques entre autres.

 Si la question vous intéresse, le 3 novembre prochain se tiendra à Montréal le premier « meetup » #HCSMCA . Il s’agit d’un rassemblement  informel de médecins, praticiens de la santé, administrateurs, communicateurs, représentants d’ONG, chercheurs et autres professionnels du « grand secteur santé » qui intègrent les médias sociaux à leur pratique… ou souhaitent le faire !

Quand :        le jeudi 3 novembre à partir de 17h30
Ou :               Éditions Infopresse
                       4310, boulevard Saint-Laurent
                        Montréal,  Québec  H2W 1Z3
                      (au coin du boul. Saint-Laurent et de la rue Marie-Anne )

Merci de vous inscrire directement sur EventBrite : https://www.eventbrite.com/event/2354165372

Vous avez dit #HCSMCA ?

Rassemblée sur Twitter au moyen de ce mot-clic, #HCSMCA est une communauté dynamique qui s’intéresse aux médias sociaux en santé, tant dans la perspective du professionnel que celle du patient.

L’objectif principal de cette communauté est d’échanger, de partager les connaissances et les meilleures pratiques, dans un esprit de collaboration. L’idée de départ est d’explorer comment l’utilisation des médias sociaux est susceptible d’améliorer l’accès et la qualité des soins au Canada. Des enjeux comme la prévention, la promotion de la santé, la gestion des organisations en santé (OSBL, hôpitaux ou autres) sont également abordés.

Une session de clavardage hebdomadaire (un tweet chat en bon français !)  a lieu tous les mercredis sur Twitter entre 13h à 14h (HNE). Il suffit alors de suivre le mot-clic #HCSMCA

Parmi les participants de partout au Canada, on retrouve notamment :

  • Des médecins, infirmières et autres professionnels de la santé
  • Des responsables TI
  • Des responsables des communications
  • Des patients, des aidants naturels ou de représentants de groupes de patients
  • Des administrateurs de la santé, au sein d’institutions ou des pouvoirs publics

Pourquoi un meetup ? 

Pour cette première rencontre, pas de conférence, pas d’atelier, pas de vaste étude de cas…

Simplement une date et un lieu commun pour permettre de se rencontrer et d’échanger de manière informelle sur nos pratiques… en plus de 140 caractères ! Ou tout simplement pour mettre un visage sur un nom (ou plus souvent qu’autrement sur un alias !) 

Le premier Meetup du 3 novembre est organisé parallèlement à d’autres événements semblables qui se tiendront le même jour à Ottawa, Toronto, Edmonton et Vancouver notamment.

 On vous attend…  Merci de confirmer votre présence si possible !

 Pour plus d’information : All you need to know about #hcsmca

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Coyote : Le Facebook des contraventions

Et si les membres de votre réseau social vous signalaient les radars sur votre route, vous évitant ainsi les contraventions ? C’est l’idée de base du système Coyote que j’ai découvert hier en sortant de l’aéroport de Zaventem (Bruxelles).

Le Coyote, c’est un petit boitier posé sur le tableau de bord qui grâce à la technologie GPS et la connexion à une base de données indique au conducteur si sa vitesse est conforme à la réglementation la ou il se trouve.

Utile… mais jusqu’ici rien de révolutionnaire !

Là ou cela devient intéressant, c’est que chaque utilisateur peut, au moyen d’un simple bouton, signaler aux autres utilisateurs l’emplacement d’un photo-radar ou d’un contrôle policier devant lequel il passe. Le prochain « coyote » qui passe par là sera averti du « danger » et pourra s’assurer qu’il respecte la vitesse permise (ce qu’il faisait de toute façon… nous n’en doutons pas une seconde !)

Le contrôle a disparu entre temps ? L’utilisateur peut également le signaler. Lorsqu’un radar ou un contrôle a été relevé régulièrement au même endroit au cours des 3 derniers mois par la communauté, Coyote s’en souvient et vous averti du « danger » potentiel… au cas ou vous soyez le premier membre à repasser par là.

Et Facebook dans tout ca ?

En résumé, Coyote c’est une technologie de communication au service d’interactions entre humains à partir de contenu échangés par les membres de la communauté. Bref : un média social!

Dans ce cas précis, l’obligation de conserver les mains sur le volant impose que les interactions se limitent à un échange d’informations très spécialisées : date, heure, emplacement GPS du radar. Mais le principe de base est bien là : échange d’information en temps réel, transparence (les utilisateurs sont notés et classés 1, 2 ou 3 étoiles) et l’importance de la communauté (la meute compte 800 000 Canis Latrens en Europe dont 150 000 en Belgique).

Légal le Coyote ?

Absolument. Plusieurs forces de police nationales (les français en tête) ont essayé d’y opposer la législation, mais le système n’est pas un détecteur de radar au sens de la loi. Coyote se décrit lui-même comme « l’appel de phares du XXIe siècle ». C’est donc bien son caractère social qui lui confère sa légalité !

Un Coyote Québécois ?

Avec le succès du projet pilote des radars photos au Québec on peut se demander si l’on verra bientôt le Coyote s’implanter chez nous ? Possible, mais j’en doute : Compte tenu de la taille de notre réseau routier, la densité d’automobilistes est très en deçà de la réalité européenne. De plus l’ampleur de l’utilisation des photos radars n’est pas exactement là même : On compte 15 appareils à l’heure actuelle au Québec pour 1 500 en Belgique, un territoire 55 fois plus petit.

En attendant, c’est quand même le comble de venir en Belgique pour y voir autant de coyotes… un canidé qui ne vit qu’en Amérique !

Poster un commentaire

Classé dans Humains, Uncategorized

Le syndrome du manchot…

Ce blog est-il mort de sa belle mort ? Mon dernier billet remonte au 22 avril dernier…

NÉGATIF.

Pendant les deux derniers mois, j’ai simplement été aux prises avec un « syndrome du manchot » particulièrement virulent qui m’a tenu à l’écart du clavier.

Le New England Journal of Medecine décrit cette condition, assez agréable par ailleurs, comme : La perte temporaire d’un membre supérieur pour cause d’utilisation exclusive et en alternance (heureusement…), par un descendant familial direct ne sachant pas marcher… Bref j’avais un bébé dans les bras !

L’origine de ma condition : une petite Mathilde (âgée aujourd’hui de 7 mois) pour qui j’ai pris un congé de paternité de 9 semaines. Un bonheur et un plaisir que je ne réussirais pas à transmettre par tous les billets du monde.

La bonne nouvelle c’est que ce syndrome est passager :  je reprends donc le collier au cours des prochaines semaines et ce ne sont pas les sujets qui manquent !!!  (mais les suggestions sont toujours bienvenues…)

Au plaisir de savoir que vous me lisez.

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

« Ami » : Le mot le dit !

Les médias relayent régulièrement l’histoire d’un employé renvoyé après un tweet inapproprié ou un statut Facebook dévastateur sur un client. Négligence ? Je crois plutôt que bien des gens oublient le rôle propre à chaque réseau, à chaque média dit « social ». Pourtant, le vocabulaire de base de chacune des plateformes est là pour nous rappeler à quoi elles servent et… les limites de leur utilisation.

Facebook : es-tu mon ami ?

Sur Facebook, les relations sont binaires : « ami » ou pas ! Cette dichotomie, et le fait que la plateforme soit privée, fait en sorte qu’il se produit souvent un mélange des genres susceptible de poser problème. On devient ami de ses collègues, de son patron, de certains clients, de sa belle-mère… Même si des relations cordiales peuvent effectivement exister avec un client ou un supérieur hiérarchique, comment résistera votre amitié au prochain statut sarcastique sur votre « écœurantite » par rapport au travail ? Que vont penser TOUS vos amis du prochain album de votre party d’anniversaire ?

Personnellement j’applique la « règle de la bière » : si le fait d’aller prendre un verre en toute simplicité et en bermuda avec un de mes amis Facebook m’apparait déplacé, c’est un unfriend assuré. Et pour la plupart de mes amis Facebook cette bière est déjà prise de toute façon !

Linkedin : différents… mais tous pareils

Le réseau Linkedin offre un peu plus de souplesse : En ajoutant quelqu’un à votre Network il est possible de le classifier comme (ex) collègue, (ex) camarade de classe, (ex) partenaire d’affaire ou ami. Si ce type de vocabulaire (et le fait d’y afficher votre CV) permet de rappeler le caractère professionnel du réseau, ces nuances doivent être prises avec un grain de sel : tous vos contacts auront accès aux status que vous publiez quelques soit la nature de votre relation ! Plus question de bière ici… si votre propos sur Linkedin ne peut pas être repris lors d’un entretien d’embauche, vous prenez des risques !

La secte Twitter

Je suis persuadé que Twitter est une secte ! Sinon, comment expliquer que l’on écrive pour des followers au moyen de codes incompréhensibles (exemple : @truc Merci 😉 RT- > #FF @machin) ? Dans sa traduction officielle le terme abonné est sans doute plus neutre que follower et semble indiquer un certain détachement. Si vous y tweeter en votre nom personnel appliquez y vos limites… personnelles. Certains y parlent de leur goûts (douteux), de leurs petits problèmes de santé (qui n’intéressent pas grand monde) ou même de leurs démêlés avec la justice. En ce qui me concerne, je tweete en mon nom, mais en étant clairement identifié à un rôle dans une organisation (responsable des communications dans une entreprise en promotion de la santé). Mes commentaires de nature personnelle ou loin de mes activités professionnelles sont très rares.

En terminant, petit mot sur Foursquare, dont le choix du vocabulaire est aussi assez caractérisé : En plus de pouvoir annoncer un « check-in » (qui correspond grosso modo à dire au monde « je suis ici ! »), l’outil de géolocalisation propose une fonction qui permet de littéralement hurler (shout) quelque chose à vos amis… Le réseau social parfait pour les gens en manque d’attention ?

Poster un commentaire

Classé dans Facebook, Foursquare, Linkedin, Twitter, Uncategorized